Le flattr, la brute et l’adblock : valoriser le contenu, dans le respect des internautes

Le flattr, la brute et l'adblock

Le flattr, la brute et l’adblock (photo centrale par devdsp) CC-BY

Quand on parle de la rémunération du contenu sur internet, on pense souvent à la publicité.

Alors, pourquoi de nombreux internautes décident-ils d’utiliser des plug-ins comme Adblock pour bloquer les publicités des pages qu’ils visitent ?

Arrachent-ils les affiches publicitaires qu’ils croisent dans la rue ?

Drôle de réflexion non ?
« La pub cay le mal, les méchants webmasters se font des valseuses en platine avec les pauvres petits internautes qui doivent se défendre ».

Ce point de vue se défend vis-à-vis de nombreux sites qui usent et abusent des publicités intrusives, des pop-up, ou encore des publicités vidéos/sonores…

Pour certains sites, on ne peut même plus parler de contenu, mais de publicités saupoudrées d’un peu de contenu, souvent plagié quand il n’est pas copié – collé.

Il est alors légitime que les internautes mettent en place leur propre riposte graduée.

« Si vous ne payez pas le service c’est que vous êtes le produit ! »

Si certains sites, avec ou sans pub, sont gratuits, c’est qu’ils se font de l’argent avec VOS données personnelles. Vous payez donc le service avec vos votre vie privée !

Si vous souhaitez juste réduire votre exposition vis-à-vis des traqueurs, des plug-ins comme Ghostery sont plus adaptés qu’Adblock pour faire cela.

[ÉGOCENTRISME ON] Comme moi, il y a quelques gentils pigeons webmasters qui mettent du contenu gratuitement en ligne, sans publicités, sans traqueurs, sans rien attendre en retour.
Juste pour le plaisir désintéressé de partager, en toute liberté, sans annonceur à contenter, en toute IN-DÉ-PEN-DAN-CE ![/ÉGOCENTRISME OFF]

L’hébergement web a un coût financier pas forcément négligeable et la mise à disposition de contenu, ainsi que la maintenance prennent beaucoup de temps.

Pub je lave mon cerveau

Source : La brigade anti-pub

Tester le web payant ? Des services de micro-donation comme Flattr pour modèle économique ?

Si vous mettez 5 € par mois sur votre compte Flattr, que vous décidez de « Flattr » 10 contenus différents, alors cette somme sera répartie équitablement entre auteurs.
Soit dans notre exemple 5 € / 10 Flattr = 0.50 € par contenu, auxquels se déduisent une commission de 10% pour la plateforme de micro-paiement social.

Le bouton flattr peut s’intégrer sur toute page internet.

La solution est peut-être là, bien que je doute que l’internaute soit vraiment prêt au jeu du mécénat, même s’il s’agit de montants parfois symboliques.

Partager :

Flattr !

2 réflexions au sujet de « Le flattr, la brute et l’adblock : valoriser le contenu, dans le respect des internautes »

  1. Ping : Google Adsense anéanti votre liberté d’expression et celle de votre communauté | Ohax

  2. Bonjour,
    On peut vouloir utiliser un bloqueur de publicités pas seulement pour une raison de confort visuel . Mais tout simplement parce que être sollicité en permanence du matin au soir par des messages publicitaires induit à la longue des comportements pavloviens, des attitudes réflexes consommatrices et cela, même en étant engagé depuis longtemps dans un mode de consommation plus réfléchi et restreint que la normale . Chaque message publicitaire ordonne à notre inconscient et ça s’imprime en nous par la force de la répétition . Pour une question de santé psychique, pour limiter l’impact de ce comportement réflexe induit
    par la seule répétition du message consummériste , il est nécessaire et utile pour reprendre le contrôle de soi , de se ménager des temps hors de cette propagande quotidienne qui agit comme un vrai matraquage multimédias de l’esprit . .

    je testais ces jours ci adblock et je reconnais que mon firefox rame beaucoup . J’ai lu vos remarques sur le nouveau venu depuis avril 2015 ,
    c’est convaincant , ça m’a donné envie de le tester . :)

    .
    .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *